La chaîne de fast food "McDonald's" a, depuis toujours, été l'un des symboles principaux de la mondialisation et du capitalisme. Aujourd'hui cette multinationale est présente dans le monde entier et son capital s'élève à plusieurs milliards de dollars. Le fait que cette chaîne connaisse un tel succès montre bien à quel point la tendance va vers une uniformisation du goût et une perte d'intérêt envers les aliments que nous consommons.

Cette image fait partie d'une campagne de publicité à caractère métalinguistique: une référence au dernier film grand public du moment servant à chaque fois l'image de "Mcdo express", le service encore plus rapide que le fast food classique, permettant au client de prendre sa commande sans sortir de sa voiture. En l'occurence, il s'agit d'une référence aux films Taxi, véritables éloges de la vitesse, de l'extrême, du libéral-libertarisme qui se croit contestataire mais ne fait que servir la cause du système. A bord du taxi de Sami Nacéri, l'acteur héros des films, le client est super-puissant, tous les effets de style conduisent à ériger la vitesse en pouvoir absolu, McDonald's a ici la capacité de servir cette rapidité, de la transmettre (par le bras tendu du serveur). Enfin, le slogan "venez comme vous êtes" donne bien l'idée de l'universalité de la chaîne de restaurant, il peut être simplement traduit en: "tout le monde est capable de consommer".

Selon des études françaises récentes, la population occidentale consacre de moins en moins de temps à manger, le repas de midi en particulier, qui rogne sans doute trop sur le travail journalier, est de plus en plus souvent négligé. La place consacrée à l'alimentation dans nos vies s'est sensiblement réduite depuis le début de la société de consommation tant au niveau budget qu'au niveau du temps consacré à l'activité de manger. Si bien que cette activité vient naturellement s'entre-mêler avec d'autres : le travail, le transport... comme si cette tâche était ingrate, une obligation pénible et contraignante.

Nous sommes une drôle d'espèce dans le règne animal. La majorité des êtres vivants partagent leur temps entre la quète de nourriture et le repos : respectivement le chat dort 80% de sa vie et le cheval broute 80% de sa vie. Nous, êtres de conscience, ne pouvons nous rabaisser à ce niveau, il nous faut travailler plus, produire plus, accumuler des richesses pour montrer notre supériorité, souiller la terre, l'air et les eaux ! Notre conscience doit nous élever au-dessus du règne animal, nous donner la puissance du taxi de l'image, nous devons être des cyborgs insensibles à la mort et aux sentiments : l'acte de manger est donc, d'office, une obligation contraignante.

A titre personnel, je vois là un manque de respect pour notre corps, notre vie, un égoïsme bien pire que celui associé systématiquement au comportement animal.

Source: Internet, publicité créée par BETC pour McDonald's, 2011